fbpx
Le continuum : le besoin pour bébé de retrouver ses repères après la naissance
Le continuum : le besoin pour bébé de retrouver ses repères après la naissance

Le concept de continuum a été mis en lumière par Jean Liedloff dans les années 70. Riche de sa rencontre avec les tribus indiennes Yékwanas et Sanemas au mode de vie primitif, elle a pu observer comment se déroule pour eux la période postnatale. Du même coup, elle a vu leurs effets bénéfiques sur la sécurité et le développement physique, psychologique et affectif du bébé lors de sa première année de vie. 

À la recherche du bonheur perdu

Au moment de sa naissance, le nourrisson n’a jamais connu que la vie utérine. Niché au creux de sa mère, il s’est formé cellule après cellule dans cet unique lieu avec ses conditions propres. Tout ce qu’il a jamais ressenti, ses repères, sa zone de sécurité ne sont ancrés que par le prisme de cette vie utérine : les sons, les sensations, les jeux de lumière, …  La naissance représente alors un périple intense, un véritable cataclysme des sens où bébé quitte alors l’utérus protecteur de sa mère et existe désormais de manière indépendante.

« …un nourrisson qui a passé neuf mois au contact permanent avec sa mère ne peut être enlevé du jour au lendemain de sa présence. » (Le concept du continnum – Jean Liedloff, récension rédigée par Catherine Piraud-Rouet, journaliste et auteure spécialisée en puériculture et éducation)

Dès les premières secondes de vie, et la plongé dans ce monde inconnu, qui est pour lui déroutant et effrayant, le nouveau-né n’aura alors de cesse que de tenter de retrouver ses sensations d’avant naissance. Ces sensations recréées et connues auront alors un rôle d’apaisement et seront un réel moteur du développement physique et psychologique harmonieux.

Le continuum, antithèse du maternage dit « civilisé » ?

Le continuum (continuité) met en avant le fait de recréer d’emblée une proximité physique importante entre maman et bébé. Le but étant d’assurer une transition plus en douceur après la naissance. Et donc de séparer physiquement le moins possible la mère et l’enfant.

Hors, nos civilisations dites « modernes » pratiquent depuis des décennies un maternage et une parentalité aux antipodes du principe même de continuum. La pression sociale voudrait que la jeune mère ne reste pas « scotchée » à son bébé. Que bébé puisse dormir seul dans son lit, voire dans sa chambre. Ou encore qu’il doive passer des journées entières loin de sa mère après à peine 3 mois de vie. En d’autres termes, on isole le nouveau-né et on attend de lui une certaine indépendance affective et physique, totalement contraire à ses besoins primaires. 

Heureusement, depuis quelques années, les mentalités et les pratiques évoluent et tendent de plus en plus vers une reconnexion entre bébé et maman. 

Pour retrouver cette proximité maximale, qu’elle soit physique ou affective, Liedloff parle principalement de l’utilisation et des bénéfices du portage. À mon sens, d’autres pratiques peuvent aussi être ralliées à ce concept de continuum.

D’autres pratiques pouvant aussi être ralliés au concept de continuum:

  • La plus importante et plus efficace est sans nul doute le portage de manière générale. Bébé retrouve ainsi une proximité très forte avec sa maman, son odeur réconfortante. Pratiqué en écharpe, le portage renforce le continuum en recréant la position et les sensations physiques de la vie utérine. Le portage agit aussi sur le système hormonal en stimulant la production d’ocytocine et tous les bienfaits qu’on lui connait.
  • Le peau à peau peut également faire partie du principe de continuum : proximité physique, apaisement, chaleur, sécurité, odeur, synchronisation, retrouvailles avec le rythme des battements du cœur, …
  • On peut aussi ajouter l’ensemble des moments de proximité et de partage intensif avec bébé comme l’allaitement, le cododo, le maternage/paternage proximale, le fait de ne pas séparer le bébé et la mère à la naissance, …

« À court terme, la séparation précoce mère-bébé lors de l’accouchement, du fait des protocoles hospitaliers notamment, peut mettre à mal l’établissement du lien d’attachement. Lequel découle d’une séquence d’événements hormonaux qui doit se parachever par la mise en contact physique immédiate du bébé et de la mère. D’où, à terme, une relation mère-enfant potentiellement fragilisée. » (Le concept du continnum – Jean Liedloff, récension rédigée par Catherine Piraud-Rouet, journaliste et auteure spécialisée en puériculture et éducation) 

Le fait aussi de laisser libre cours à notre instinct et de ne pas se brider au regard de la pression sociale ne peut être que bénéfique : embrasser, câliner, toucher, masser, réconforter, jouer, parler … sont autant d’actions qui stimulent la connexion entre la mère et l’enfant. 

S’accrocher pour mieux se lâcher

L’ensemble de ces pratiques de proximité convergent toutes vers un double objectif.  Tout d’abord, la sécurité physique : bébé est protégé, proche /accroché à sa mère, sous sa surveillance directe en permanence. Mais le plus grand bénéfice réside dans la sécurité psychologique / émotionnelle. Dès qu’un besoin survient, maman peut y répondre rapidement. Bébé se sent ainsi compris.

Au fil du temps, il prendra confiance et se tentera à quitter sa mère. Au fur et à mesure de son développement, bébé pourra entreprendre des actions indépendantes. D’abord quelques secondes et ensuite de plus en plus longtemps. Tout en sachant qu’au besoin, il pourra toujours retourner vers elle. Maman représente le repère de sécurité vers lequel bébé peut retourner quand il le veut. Il s’agit d’une phase de détachement progressif. Le fait de cette sécurité toujours à disposition permet à bébé d’oser par lui-même et est donc extrêmement salvateur dans l’apprentissage de l’autonomie et la confiance en soi. Deux qualités importantes à l’âge adulte !

Cette triple sécurité (physique, psychologique et affective) répond directement à l’ensemble des besoins rencontrés durant le post partum afin que celui-ci se déroule au mieux.

Alors, le continuum ne serait-il pas le chaînon manquant après la vie utérine ?

 

Géraldine Verbaert

Étudiante à la certification Doula & Coach périnatale à la Faculté École Doula de l’École internationale d’accompagnement Cybèle

 

Sources: 

DEBOUVERIE Rose, article blog « LE CONCEPT DU CONTINUUM » DE JEAN LIEDLOFF – www.flowavecrose.yoga/2021/02/22/le-concept-du-continuum-de-jean-liedloff

OUMMI Materne – Le blog des mamans, article blog LE CONCEPT DU CONTINUUM : CE LIVRE QUI M’A BOULEVERSÉE – www.oummi-materne.com/concept-continuum-livre-bouleverse 

PIRAUD-ROUET Catherine, récension rédigée par, Le concept du continuum de Jean Liedloff – www.dygest.co/jean-liedloff/le-concept-du-continuum

Géraldine Verbaert
Étudiante Doula & Coach périnatale | Plus de publications

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le!

Date de publication :

  • 15 Jan, 2023
  • © École internationale d’accompagnement Cybèle Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés.

    Commentaires

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pin It on Pinterest

    Share This